Association Cardiologique pour la Médecine Subaquatique
Association Cardiologique pour la Médecine Subaquatique

L'ACMS collabore avec la Commission Médicale et de Prévention de la FFESSM (Fédération Française d'Etudes et de Sports Sous-Marins) en participant au groupe de travail cardiologique sur la liste des contre-indications et les problèmes d'interactions cardio-vasculaires avec la plongée.

 

AVERTISSEMENT : Ce site est destiné à la communication entre les membres de l'ACMS, aux cardiologues confrontés à des problèmes de plongée, aux médecins de plongée confrontés à des problèmes cardiologiques ou à des plongeurs avertis.  Ce site n'a pas une vocation didactique ni tout public. AUCUN AVIS MEDICAL NE PEUT ETRE DONNE DIRECTEMENT A PARTIR DE CE SITE.

Coeur et Plongée : le livre disponible

© ELLIPSES editions, Paris, 2017

 

 

Bon de commande
flyer Coeur et Plongée.pdf
Document Adobe Acrobat [3.3 MB]

Cardiopahies congénitales

Dans les recommandations actuels de la FFESSM, les cardiopathies congénitales font parties des contre-indications définitives à la pratique de la plongée. Parallèlement, en raison des progrès dans leur prise en charge, le pronostic des cardiopathies congénitales a considérablement été amélioré. La cohorte de patients ne cesse d’augmenter. Leur qualité de vie a aussi été améliorée, leur permettant de prétendre et d’accéder aux activités physiques et sportives desquelles on connaît les effets bénéfiques. La question de l’aptitude à la plongée se pose donc de plus en plus souvent. Nous revoyons les différents types de plongée, les performances physiques nécessaires à leur pratique, leurs effets sur les fonctions cardiovasculaires et les éléments médicaux devant être pris en compte pour autoriser sa pratique à différents niveaux de difficulté. En raison de leur diversité et d’une importante hétérogénéité au sein même d’un groupe de cardiopathies congénitales, nous proposons pour chaque patient une évaluation précise de son aptitude à partir de critères cliniques et paracliniques communs à l’ensemble des cardiopathies congénitales. (mis en ligne le 25 juillet 2016)

Téléchargement poster SFC 2016
CHDdiving.pdf
Document Adobe Acrobat [382.5 KB]

REFERENTIELS PATHOLOGIES :

 

Arythmie et Plongée

 

Le groupe de travail a repris les recommandations européennes et américaines concernant la pratique des sports de compétitions par les patients atteint de trouble du rythme ou de la conduction. Après réflexion et rédaction d'un argumentaire, un tableau de critère décisionnel par pathologie a été adopté par la FFESSM en janvier 2009 et publié dans le Bulletin de Médecine Subaquatique et Hyperbare (2009; 19 : 177-184). Ces propositions concernent l'ensemble des activités fédérales de loisir ou de compétition.
Les recommandations ont été présentées à la réunion scientifique de la CMPN en 2009. Par ailleurs, un article avait été publié en 2006 dans Subaqua sur les tachycardies paroxystiques. Une présentation de synthèse a également été réalisé le 20 octobre 2012 au congrés du CNCF. (modifié le 30 juillet 2014)

 Coronaropathies et Plongée 

 

Après réflexion du groupe de travail et rédaction d'un argumentaire, les conditions de pratique particulières de la plongée pour les coronariens ont été adoptées par la FFESSM en octobre 2007 et publié dans le Bulletin de Médecine Subaquatique et Hyperbare(2009; 19 : 165-176). Les critères décisionnels sont disponibles en ligne. Les recommandations ont été présentées à la réunion scientifique de la CMPN en 2007 et aux Journées Européennes de la SFC en 2009.  (modifié le 30 juillet 2014)

 FOP et Plongée 

 

Il n'y a pas d'argument pour rechercher systématiquement un Foramen Ovale perméable (FOP) chez les plongeurs. Le risque réel reste cependant mal évalué et nous avions déjà évoqué la nécessité d'une étude prospective. Une telle étude est en train d'être réalisée par le DAN. Dans l'attente des résultats, la prudence reste de mise cas de découverte fortuite d'un FOP. Après un accident de désaturation cérébral ou vestibulaire, il faut rechercher un shunt droit-gauche. Comme cela a été publié en  2008 dans Subaqua 221, la pratique de la plongée devra être rediscutée et sera parfois adaptée sans exclusion définitive. L'HAS n'a pas retenu d'indication de fermeture de FOP après un accident de plongée. Les dispositifs de fermeture de FOP ont été prévus pour empêcher la migration paradoxal de caillots mais pas spécifiquement pour les bulles. (modifié le 29 novembre 2010)

 

 HTA et plongée 

 

Comme toute activité physique, les activités subaquatiques font monter la tension artérielle avec des variations importantes liées au stress psychique, au froid et, de manière spécifique, à l'hyperoxie. Les sujets hypertendus sont plus sensibles à ces variations car l'HTA est une maladie générale de la vasomotricité, avec de possibles retentissements viscéraux. On peut donc craindre qu'ils soient plus exposés aux risques de mort subite ou d'œdème pulmonaire d'immersion.
Aprés réflexion du groupe de travail et rédaction d'un argumentaire, les recommandations pour les plongeurs hypertendus ont été validées par la CMPN le 5 avril 2013 et publié dans le Bulletin de Médecine Subaquatique et Hyperbare (2014; 24/1 : 19-39). Elles sont résumées par un tableau et complétées par une fiche de conseil pour le plongeur hypertendu repris dans Subaqua en 2014. Ces recommandations ont été présentées à la réunion scientifique de la CMPN en décembre 2013 et aux XXIVe Journées Européennes de la SFC en janvier 2014 avec un poster.(modifié le 30 juillet 2014)

 Maladie de Rendu-Osler et plongée

 

La maladie de de Rendu-Osler se manifeste cliniquement par des épistaxis à répétition et l'apparition de télangiectasies cutanéo-muqueuses dans un contexte familial. C'est une maladie génétique, à transmission autosomique dominante, touchant l'angiogenèse avec formation progressive d'anévrysmes et surtout de fistules artério-veineuses. L'HAS préconise de contre-indiquer la plongée en cas de shunt pulmonaire. Son caractère évolutif expose de manière imprévisible à un risque d'embolie paradoxale et la plongée doit être déconseillée même dans les formes initialement mineures. (mis en ligne le 31 mars 2010)

 

Valvulopathies et Plongée 

 

Le groupe de travail a repris les recommandations européennes et américaines concernant la pratique du sport par les patients présentant une atteinte des valves cardiaques. Après réflexion et rédaction d'un argumentaire, un tableau de critère décisionnel par pathologie  a été adopté par la FFESSM en juin 2011 pour la pratique de la plongée autonome.Ces recommandations ont présentées à la réunion scientifique de la CMPN en décembre 2011 puis avec un poster aux XXIIes Journées Européennes de la SFC en janvier 2012 et ont fait l'objet d'un article dans Subaqua 243.(modifié le 5 octobrer 2012)

REFERENTIELS TRAITEMENTS

 

AVK et Plongée 

La plongée de loisir, pratiquée raisonnablement, n'est pas une activité traumatisante. Il y a risque de choc surtout lors des phases de mise à l'eau ou sur les bateaux. Les barotraumatismes sont évités par des manœuvres bien codifiées.
Le traitement anticoagulant, par lui-même, n’est pas une contre indication à la plongée si l’INR est équilibré (entre 2 et 3). Cela n'est pas compatible avec la prévention des thromboses de prothèse valvulaire mécanique. Par contre, cet objectif d'INR correspond tout à fait à la prise en charge d'une ACFA. Dans ce cas, la décision de non contre-indication dépend plutôt de la fonction cardiaque et de l'adaptation de la fréquence ventriculaire aux activités. (modifié le 29 novembre 2010)

 

 Bêtabloquants et Plongée

 Après réflexion du groupe de travail et rédaction d'un argumentaire, les recommandations pour l'évaluation des plongeurs prenant un traitement bêtabloquant ont été adoptées par la FFESSM en février 2007. L'arbre décisionnel est disponible en ligne . Les recommandations ont été présentées à la réunion scientifique de la CMPN en 2006 et aux Journées Européennes de la SFC en 2008. Elles ont été publiées en 2008 dans Subaqua et dans le Bulletin de Médecine Subaquatique et Hyperbare (2008; 18/1 :1-8). (modifié le 29 novembre 2010)

 

 Pacemaker et Plongée 

Une étude de mise en pression de pacemakers a été réalisée, avec le soutien du Club des Cardiologues du Sport, par le Docteur Vincent Lafay . Suite à ces travaux, l'ACMS souhaiterait contacter des plongeurs porteurs d'un stimulateur cardiaque pour réaliser une enquête. Contact :  pm@cardiosub.com (modifié le 29 novembre 2010)

Actualités

DISPONIBLE chez Ellipse Editions:

Cet ouvrage s’adresse aux professions médicales et para médicales, aux instructeurs et aux plongeurs.  
Le contenu :  
•    Cet ouvrage est le premier à faire le point sur l’ensemble des données médicales
concernant la pathologie cardio-vasculaire en plongée.
•     Après une présentation de l’aspect physiologique, les auteurs y abordent les grandes
pathologies telles que les coronopathies, les valvulopathies ou encore les troubles
du rythme.
•    L’œdème pulmonaire d’immersion, les médicaments et stimulateurs ainsi que
la prévention font l’objet de chapitres à part.
•    Les chapitres généraux évoquent, quant à eux, les aspects historiques de la plongée
et de la cardiologie du sport.
Les points forts :
•    Il propose à la fois un aspect médical et historique.
•    Le tout est accompagné par le récit d’un ancien plongeur de la Calypso.


Vincent Lafay  est cardiologue, ancien chef de service des urgences, docteur en physiologie des environnements extrêmes et consultant au Service de Médecine Hyperbare et Maritime de Marseille.